Bilan Helena: mes grosses villes préférées

En numéro 1:

New Orleans. USA. Le rapide coup d’œil qu’on y a jeté m’a envouté.

Il y a là une ambiance de village, des architectures anciennes et neuves qui se complètent avec un réel centre-ville, ce qui est assez peu marqué aux USA en général. Je ne parle pas de l’ambiance musicale qui parfume la ville tous les soirs dans les rues! Pas besoin chercher, de réserver des salles de spectacle dans un répertoire difficile d’accès pour qui débarque là à l’improviste. La musique se vie, se danse, se donne. Super esprit! Et que dire de la gastronomie!!! A refaire, absolument.

02-10-14 New Orleans (18)

En numéro 2:

Sydney. Australie.

Cette fois-ci, bien plus qu’un coup d’œil; on aura épluché la ville dans tous ses aspects : urbanisme et mélange culturel (quartiers anciens, nouveaux, chics, populaires, chinois, cimetière multiconfessionnel géant…), géographie (les parcs nationaux, les ‘fjords’ et l’ouverture à l’océan, sa nature sauvage et ses oiseaux), la culture (opéra, jardins botaniques, National Museum of Australia -à Camberra-, monuments dédiés aux guerres et aux patriotes), le sport (escalade, surf/baignade sur ses plages, randonnée), … Une ville pour tous. Une belle carte de visite de l’Australie.

22-03-15 Arrivée Australie, Sydney1 (2)

En numéro 3:

Cartagena de Indias. Colombie.

Une ville coloniale géniale ouverte sur la mer des Caraïbes. Digne héritière de l’Europe, construite avec le sang et l’or des indiens, hélas, mais si bien conservée, entretenue, photogénique, accueillante. On s’est sentis comme à la maison tant les gens sont formidables, serviables, non intéressés. Une ville colorée où on s’est de suite vus s’installer et retaper une des villas du casco viejo qui cherchent encore acquéreur. A ne pas rater!

03-12-14 Cartagena Colombie (29)03-12-14 Castillo San Felipe Colombie (12)

En numéro 4:

Santiago de Chile. Chili

Une ville résolument moderne, qui s’étend en veillant au bien-être de ses citadins, offrant parcs, promenades et rues piétonnes, métro moderne. De super musées dont le Musée Chilien d’Art Précolombien qui aura résumé magnifiquement tout ce que nous aurons découvert comme cultures depuis le Mexique jusqu’au Chili. Les ‘cerros’ qui parsèment la capitale et la chaîne des Andes la domine forment un écrin inoubliable pour cette ville. 20-02-15 Santiago visite centre (83)

En numéro 5:

Québec. Canada.

Une ambiance chaleureuse et historique. Les québécois nous ont ravis par leur sourire gratuit et régulier, ainsi que par leur façon si caractéristique de parler notre français. Les explications historiques qui parsèment la villes sont en français, ce qui, je dois dire, permet d’apprécier d’autant plus la visite. Une ville où il fait bon flâner.

12-09-14 Québec (5)

On peut ajouter à cette liste New York et San Francisco, pour lesquelles je n’ai pas eu le coup de cœur, mais qui nécessiteraient plus de temps pour se laisser apprivoiser. Nous avons sans doute raté beaucoup de choses, ne faisant qu’effleurer d’elles que ce que tout le monde en sait (rues ondulantes à SF, gratte-ciel et statue de la Liberté à NY). J’imagine qu’elles regorgent d’expériences qui me feraient les aimer, mais pour cela, il faudrait y aller avec le budget nécessaire car tout y est nettement plus cher et leur taille demande qu’on y consacre aussi du temps. Nous n’avions prévu ni l’un, ni l’autre, vu notre manque de curiosité pour les gros centres urbains.

Les villes historiques qui font partie des pèlerinages touristiques habituels n’ont pas été prises en compte dans ce Top 5. Ainsi, Campeche, Oaxaca, Mérida, Valladolid au Mexique, Trujillo, Cuzco, Lima au Pérou, Popayan  en Colombie, Valparaiso au Chili, Ayutthaya, Sukhuthai en Thaïlande … et les beaux villages pourraient faire l’objet d’un Top 10 des sites touristiques les plus appréciés.

H.

Krabi, Ao Nang, Koh Phi Phi.

IMG_2612

Aussitôt arrivés à Bangkok, aussitôt repartis. Cap au sud du pays, où nous souhaitons passer de bons moments sur des plages paradisiaques de la mer d’Adaman. Surtout que, bien que nous ne soyons plus sous l’équateur, l’ombre ne porte pas très loin ici à midi, et ça cogne!

IMG_2153

Nous avons donc besoin d’aller nous rafraîchir dans la mer. Certes l’endroit n’est pas aussi connu que la baie d’Halong (bien qu’on en ait beaucoup parlé lors du tsunami), mais il vaut, lui aussi, largement le détour. Nous arrivons donc à Krabi, ce sera notre base arrière dans ce trip.

La ville semble déserte. Elle n’a pas beaucoup de touristes pour deux raisons: nous ne sommes pas en haute saison, et ils ont construit un embarcadère à destination de Kho Phi Phi trois kilomètres plus loin. De ce fait, les bateaux ne partant plus des quais de la ville et plus grand monde ne s’y arrête. Seulement, les infrastructures pour accueillir le touriste sont toujours là et les services aussi. Nous en profiterons, donc.

Trois étapes pour notre séjour ici: Ao Nang, la petite baie voisine, ses îlots calcaires et ses eaux turquoises. Kho Phi Phi, cette île sauvage et paradisiaque, ravagée lors du tsunami, réinvestie et re-ravagée par les promoteurs depuis, mais heureusement avec ses jolis fonds marins toujours préservés. Enfin Krabi et ses environs, la bonne surprise finale.

Ao Nang

C’est une grande baie avec une énorme plage qui est entourée de falaises calcaires immenses et connues des grimpeurs. Mais vu l’humidité et la chaleur, très peu pour nous.

IMG_2549 IMG_2551IMG_2560

Au large, de nombreux îlots calcaires nous font des appels du pied.

IMG_2554

Nous décidons donc d’aller y faire un tour le lendemain. En attendant, nous avons fait une balade sur un côté plus sauvage de la plage. Des crabes laissent des perles de sable sur une bande permettant d’accéder à un îlot à marée basse.

IMG_2558 IMG_2561IMG_2569

Le soir, pour retourner à Krabi, nous empruntons un raccourci à travers les plantations d’hévéas. On se serait cru de retour dans les Landes.

IMG_2575

Le lendemain nous avons choisi le « four islands tour ». Ce tour nous fait prendre un bateau, conduit avec les pieds, pour voir de plus près ces îlots paradisiaques. Eau turquoise, magnifiques plages, pique-nique et rencontres de Monika et Nirbhay au programme.

IMG_2598 IMG_2606 IMG_2607 IMG_2601 IMG_2603 IMG_2608 IMG_2616 IMG_2630 IMG_2635 IMG_2651 IMG_2660 IMG_2674

Helena improvise des tong « zéro émission de carbone », contre le sable brûlant de la plage.

IMG_2679

Koh Phi Phi

C’est une magnifique île, à environ deux heures de bateau de Krabi, tristement célèbre pour avoir été balayée lors du funeste tsunami de 2004. C’est là aussi que nous avions passé les trois derniers jours de notre voyage de noce en été 2001. Nous en avons donc gardé une image très romantique. Seulement, les temps changent, et notre île recouverte de palmiers, et ne proposant pour les touristes que des bungalows, s’est muée en une ville touristique, toute en dur, avec de très nombreux complexes hôteliers et de non moins nombreux restaurants et bars et salons de massage…

Il n’y aurait pas grand chose à redire à cette mutation toute « naturelle » d’un lieu hautement touristique, si celle-ci ne s’était faite au détriment des locaux. En effet, ceux-ci ont non seulement subi la catastrophe (5300 morts et disparus sur cette île), mais en plus, les autorités en ont profité pour les déménager vers des lieux plus sécurisés sur le continent. Cela parait louable mais… elles en ont aussitôt profité pour revendre au prix fort à des promoteurs ces terrains ainsi libérés. Et voilà le travail. No comment.

Avant                                                                          Maintenant

.                                                                                     (cliquer sur la photo pour mieux voir)

PhiPhiIsland tdm3 5584tdm3 5572

Nous ne nous sommes donc pas gênés pour profiter de ces infrastructures touristiques neuves et multiples.

Sur le bateau, nous emmenant sur l’île, nous avons recroisé Monika et Nirbhay. Nous décidons de nous donner rendez vous sur « long beach » après nous être installés dans nos hôtels respectifs.

IMG_2694 IMG_2702 IMG_2704 IMG_2710

Et là, qui voyons-nous ?  Pas seulement Monika et Nirbhay, il y avait aussi notre fil rouge du voyage en Thaïlande: Lynda et Oanh. Quelle surprise! Nous décidons de louer ensemble, (avec Mickaël, un autre Français rencontré sur le bateau) un bateau avec chauffeur pour faire du snorkeling (palmes masque tuba) sur les récifs le lendemain. Pizza sur la plage, coucher de soleil et dodo.

IMG_2721

Journée snorkeling, super sympa dans des lieux enchanteurs et avec beaucoup de coraux et de poissons. Seul bémol, pas de requins ce jour là à shark point, la visibilité était trop réduite.

IMG_2729 IMG_2731 IMG_2735 IMG_2740 IMG_2742 IMG_2748 IMG_2755 IMG_2764 IMG_2765 IMG_2767

Maintenant, le dessous avec une photo floue de la fine équipe.

tdm3 5571 tdm3 5557 tdm3 5569 tdm3 5568 tdm3 5566

Le soir, nous déambulions, après le repas, dans les rues quand nous nous arrêtons devant une vidéo de présentation devant une agence de plongée. Aussitôt, le moniteur nous agrippe. Il n’a pas besoin de beaucoup insister pour nous convaincre de faire notre baptême de plongée le lendemain. Et c’est ainsi, sur un coup de tête que nous nous sommes décidés à faire le grand « saut ».

Un pur plaisir, 2h de plongée dans un paysage magnifique. A faire.

IMG_2795 IMG_2801 IMG_2783 IMG_2806 IMG_2784 IMG_2788tdm3 5562tdm3 5558tdm3 5559tdm3 5563

C’est sur ce superbe souvenir que nous quittons Koh Phi Phi, avec la ferme intention de renouveler l’expérience.

Krabi

A l’origine, ce ne devait être qu’une base arrière, mais il y a ces formations rocheuses, là, qui nous intriguent.

IMG_2815

Nous louons les services d’une barque et nous voilà partis, sans le savoir, à la découverte d’une grotte préhistorique.

IMG_2832 IMG_2856 IMG_2885 IMG_2859 IMG_2869 IMG_2865 IMG_2873tdm3 5650

Ils ont trouvé ici des restes de campement et des restes d’homme préhistorique. L’homme de Krabi donc.

Aussi, nous, on les trouvait un peu kitsch, les feux tricolores dans le coin.

IMG_2819

Il y avait aussi là, une trace encore plus ancienne de l’apparition de la vie, le poisson qui décida d’aller voir dehors s’il faisait meilleur.

IMG_2879 IMG_2882

Sur le retour, notre capitaine nous a fait visiter une pisciculture de poissons très, très voraces. Ne pas laisser traîner les doigts ici.

IMG_2899 IMG_2909 IMG_2908 IMG_2903 IMG_2913

Pendant cette virée, Arthur, le petit mousse, a cru qu’il pourrait se la couler douce.

IMG_2888

C’était sans compter sur le fait que notre capitaine était fatigué. Aller, au boulot Arthur, et ramène nous à bon port, moussaillon !

IMG_2936IMG_2931 IMG_2945 IMG_2935

Quand enfin nous accostâmes, après quelques divagations, un bon repas sur le night market nous attendait.

IMG_2595 IMG_2594

Encore une dernière petite balade sur le front de la rivière.

IMG_2816 IMG_2821 IMG_2822

Et voilà, comment une journée « off » entre une île paradisiaque et un retour sur Bangkok en train, s’est transformée en super journée pleine de souvenirs.

Bon, c’est pas tout ça, mais on a un train à prendre.

A plus.

F.

Ayutthaya.

En arrivant ici, nous ne faisons que suivre l’histoire de la Thaïlande. En effet, au gré des conquêtes, des invasions et des changements de dynasties, le royaume a fait migrer sa capitale, toujours plus au Sud. Ainsi Sukhothaï fut annexée fin XIVeme par le royaume d’Ayutthaya. Ce dernier devint donc le royaume de Siam, et Ayutthaya sa capitale.

La ville est située à une petite centaine de kilomètres au Nord de Bangkok. Elle est lovée dans un méandre de la Chao Phraya River, le fleuve principal du pays. Un canal a fait de la ville historique une île. Cela lui valu, à ses débuts, une réputation de place forte imprenable. C’est ce qu’ Ayutthaya voulait dire en sanskrit. Cela n’empêcha pas la ville d’être prise, pillée et ruinée par les Birmans ensuite.

Il reste tout de même des traces de ce glorieux passé: les nombreux Wats (temples) disséminés dans la ville. Et des écrits…en France. En effet, sous Louis XIV, des ambassades furent envoyées au Siam, des liens furent noués. A ce moment, la France fut tout près de faire du Siam une colonie, elle avait déjà envoyé des évangélisateurs, une garnison de 600 hommes quand des troubles se déclarèrent (une révolution). En effet, l’entourage du roi avait flairé la menace et accusa les étrangers de vouloir prendre le pouvoir (ce qui était tout à fait vrai). Ils en profitèrent pour renverser le roi au passage. De nombreuses exécutions eurent lieu, et les étrangers avaient deux options: fuir ou mourir. Le nouveau roi instaura un régime xénophobe et ainsi, le Siam ne fut jamais colonisé. A l’inverse des pays voisins.

Voilà pour l’histoire, place maintenant au tourisme. Nous arrivons dans l’après midi sur la ville. Le temps de nous installer dans un hôtel de routards (avec piscine tout de même), et la nuit est tombée. Voilà qui tombe bien. Nous voulions justement faire un tour de la ville de nuit, pour voir tous ces beaux temples éclairés. Nous négocions un tuk-tuk pour deux heures, et c’est parti!

IMG_2327 IMG_2336 IMG_2340 IMG_2350

Après une bonne nuit, nous avons droit à un réveil assez matinal. Une manifestation des enfants de l’école, qui défilent pour dénoncer les méfaits de la cigarette.

IMG_2353

Cette fois-ci, pour ne pas changer, nous avons décidé de visiter la ville en deux roues… à vélos!

IMG_2435

Eh oui, le retour en France se rapprochant, il nous faut nous réhabituer à être « écolos ». C’est donc de jour et en pédalant que nous faisons le tour des sites remarquables de la ville. A l’inverse de Sukhothaï, les ruines ici sont mélangées à la ville actuelle. Cela donne une ambiance différente, mais pas déplaisante pour autant. De plus, cela fait que les temples sont beaucoup plus fréquentés.

IMG_2372 IMG_2373 IMG_2380 IMG_2382

Un temple notamment, a retenu notre attention. Il est fréquenté par les chinois de la ville, ses murs sont couverts de niches contenant des bouddhas. Autant de niches que de paroles prononcées par Bouddha. Et au centre, un immense Bouddha assis en cuivre se fait recouvrir de « toges » couleur safran.

IMG_2391 IMG_2389 IMG_2387

Puis, notre ronde nous verra croiser un grand Bouddha couché, de jolies fleurs, la fameuse tête de Bouddha prise dans des racines, et des temples, des temples, des temples. Ah oui, un mur fait par les incas aussi. Comme quoi, le Pacifique fut franchi plus tôt qu’on ne le pense!

IMG_2465 IMG_2458 IMG_2461 IMG_2464 IMG_2459 IMG_2441 IMG_2444 IMG_2424 IMG_2425 IMG_2422 IMG_2421 IMG_2437 IMG_2440 IMG_2450 IMG_2448 IMG_2447 IMG_2484IMG_2409

C’est seulement une fois la nuit tombée que nous rentrons à l’hôtel. Fourbus mais comblés. Tout au long de notre parcours, nous avons pu nous ravitailler en eau dans ces distributeurs à 2 cents les deux litres. A ne pas confondre avec les pompes à essence un peu partout dans la ville.

IMG_2486 IMG_2485

Et pour nous relaxer, les salons de massage à l’affichage explicite.

IMG_2491

Et moi qui me … AÏe! Mais Helena! Pourquoi tu me tapes!

Une bonne nuit réparatrice plus tard, nous empruntons un bateau bricolé, qui n’a rien à envier à la camionnette de papy Jan, pour traverser la rivière et sortir de la ville île.

IMG_2493 IMG_2495

Il nous dépose tout à côté de la gare, car nous avons choisi le train pour rejoindre Bangkok puis ensuite le Sud de la Thaïlande et ses îles paradisiaques.

IMG_2498

C’est un train bondé qui nous prend, nous faisons une grande partie du trajet jusqu’à la capitale debout. Puis il se vide petit à petit et Helena peut s’en donner à cœur joie avec l’appareil photo lors de l’entrée dans la ville.

IMG_2499 IMG_2500 IMG_2501 IMG_2506 IMG_2510 IMG_2511 IMG_2512 IMG_2514

Arrivée en journée à Hua Lamphong, la gare de Bangkok et la plaque tournante du tourisme thaïlandais. Quoi que l’avion devient un concurrent sérieux ici aussi.

IMG_2534

A très bientôt dans un décor bleu azur.

F.