Australia 3 Sydney -les parcs nationaux

fr.pdf24.org    Envoyer l\\\'article en PDF   

Première partie de la découverte de la nature de la New South Wales, d’abord, comme Cook, par les côtes. La faune et la flore sont au rendez-vous, la végétation rabougrie mais dense, dès la sortie de la voiture. Des lézards, des banksias -et leurs drôles de fleurs- auxquels il faut se frotter quelque peu, des fourmis géantes, un faucon pèlerin, un pélican… Séquence diapos.

 

 

Les eucalyptus saignent rouge et leur sève cristallise rapidement en de fragiles rubis.

Le Kuring Gay Chase National Park que nous avons parcouru une fois en voiture puis à pied, nous donne un aperçu des « fjords » si caractéristiques de cette région. Mais d’abord un arrêt au Pie In The Sky sous l’œil vigilant de la Magpie.

 

Cet endroit est très apprécié des bikers. Ceux-ci sont assez rares en Australie. Les locaux préfèrent les voitures, les 4×4, les voitures de collection ou les voitures de sport. Nous n’avons pas réussi à prendre la photo de la De Laureane, mais voilà un petit échantillon de ce qu’on peut croiser à tout coin de rue, pour clore ce petit aparté.

D’ici, on a une vue sur un des bras de mer que l’on va aller voir juste après.

Chacune des baies a sa marina, avec un minimum d’équipement: éviers pour évider et rincer les prises de pêche, garage à bateaux, barbecues… et ses pélicans. Kazik possède lui aussi son petit voilier. Hélas, la météo toujours variable et l’emploi du temps empêcheront la sortie en mer.

 

Bien entendu, tout le long des « berges » du grès et des falaises (il va falloir s’y coller un de ces jours!), des paysages marins (Palm Beach).

Partout, des perruches full of colors!

Eeeeeeeet !!!!!!! Notre premier wild wallaby!! (je ne compte pas ceux qu’on a presque caressés au château de Sauvage dans les Yvelines!)

       C’est sûr, cette photo ne casse pas des briques, mais c’est notre première rencontre et il est si chou, avec ces globes lumineux! Mise au point difficile, de nuit. Mais ne vous inquiétez pas, il y aura encore du kangourou, dans nos expéditions à l’intérieur des terres!

Et en soirée, avec l’humidité, attention aux sangsues! Elles sortent de terre ou d’entre les herbes pour attraper votre chaussure et se faufiler jusqu’à la chaussette d’où elles peuvent atteindre la peau et sucer le sang de ses victimes. On ne sent rien, bien évidemment, mais une fois qu’on les a repérées, on peut observer avec un brin d’horreur la vitesse avec laquelle elles attaquent! De plus, une fois qu’elles ont percé la peau, difficile de s’en défaire ; elles sont gluantes, étirables,… un vrai sujet de film d’horreur! Quand on a réussi à les déloger, la plaie saigne pendant plusieurs heures non stop. Il n’y a rien à faire qu’attendre que cela s’arrête. Elles injectent une substance anti-coagulante.

Lorsque nous avons profité d’une journée ensoleillée pour une promenade pédestre dans ce même parc, nous avons fait de nouvelles rencontres: un blacksnake, des plus venimeux dans le  sud-est, un vieux nid de funnelweb spider (la plus dangereuse des araignées), des échassiers (inoffensif -excepté du point de vue des grenouilles).

South Head, Akuna Bay, Brookling Bay, West Head, … Quelques noms supplémentaires pour que vous imprégner les sonorités des lieux marins des alentours de Sydney.

H.

4 réflexions au sujet de « Australia 3 Sydney -les parcs nationaux »

  1. les 5 Chevrotins

    Avec comme guide un Ranger Australien, ca devait être passionnant de découvrir cette faune sauvage!!!
    le black snake est bigrement impressionnant!! il a l’air énorme !!! Ca a dû vous rappeler la rencontre avec le rattle snake aux USA!!!
    et les sangsues: qui a testé l’expérience parmi vous????

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Salut Chevreuse!!! Sûr que cela aurait été difficile de faire mieux comme guide. Pour ce qui est du serpent, il n’est pas si gros, mais il est bien long, comme une grosse couleuvre chez nous. A la différence que ce red-bellied black snake est bien venimeux, pas mortel, mais il cause de sérieux dommages, surtout aux enfants. Enfin pour les sangsues je crois qu’on y a tous eu droit, mais plus Helena et moi : chaussette en sang. Eèèèrrrkkk!

      Répondre
      1. Yannick et Alice

        Impressionnantes ces bestioles. C’est terrible ces sangsues, on y avait eu droit dans la jungle malaisienne. La technique des guides locaux etait de marcher en tong, pour les voir direct et les enlever de suite. Car elles finissent toujours par passer a l’interieur des chausettes, quoiqu’on fasse ! Pour les touristes c’etait le film d’horreur au moment d’enlever les chaussures a la fin du trek (mais heureusement on sent rien) !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *