Archives pour la catégorie 04-Yellowstone, Nord et Grands Lacs

Notre expérience des routes US

Bon, selon les Etats, il existe différentes sortes de route, mais dans leur majorité elles sont en travaux sur d’innombrables tronçons pour un résultat moyen. Comme en Allemagne, certaines routes sont faites de « dalles » de béton, recouvertes ou non de goudrons, avec, pour conséquence, une conduite toute en vagues et soubresauts, le tout accentué par le poids de notre camper s’appuyant sur les amortisseurs ! Dans les endroits très chauds, comme dans Monument Valley, Arches, … la route est faite de goudron clair pour éviter de fondre au soleil.

IMG_3683 IMG_3684

Il existe les grandes Highway, gratuites pour la plupart, régulièrement parsemées de pneus éclatés qui ne doivent être ramassés qu’à la saint Glinglin; ou alors c’est que les gros camions perdent régulièrement un de leurs nombreux pneus. C’est parfois flippant, surtout de nuit.

IMG_3740 IMG_3741

Il existe aussi les routes secondaires, souvent en meilleur état, plus étroites mais bien moins fréquentées.

On peut enfin se sentir un peu seul. Leur inconvénient principal est leur parcours qui rallonge parfois le voyage. L’ensemble des routes est longé de grillage, à la manière, plus ou moins, de nos autoroutes. C’est assez surprenant : imaginez un pays grillagé de part en part…

Le pays, malgré sa taille et ses espaces sauvages, est bien habité ! On ne se sent seul que très rarement ! Le grillage de fer barbelé est prisé par tous les américains : pas de propriétés ou de champs sans « fences ». Il nous reste là un dernier genre de route, le genre 3° catégorie : les ‘dirt roads’. Ces routes-là servent de desserte aux propriétés privées, ranch’s,… mais aussi de raccourcis entre deux grands axes. Ces routes-là sont impraticables après une pluie : elles sont en terre, parfois avec des graviers quand elles sont améliorées. Vu les distances, on comprend que tout ne puisse être goudronné, mais parfois ce serait tellement utile !! Par exemple, en redescendant de Bryce Canyon NP, on aurait pu couper par une dirt road de 29 miles vers Page, en traversant le plateau. Au lieu de cela, on a dû faire un méga détour par Kanab -contourner le dit plateau par le sud- parce qu’il avait plu la veille ! Cependant ces routes rajoutent du charme au pays et permettent à certains endroits de rester encore un peu isolés, par la force des choses.

dirt road

Et puis, il y a la conduite. Je vais surtout parler des différences, de ce que j’ai noté au fur et à mesure de notre traversée des USA. Ce qui veut dire qu’il peut y avoir des nuances selon les Etats, chacun ayant son code de conduite et ses lois. A ce compte-là, dernièrement on a noté une différence entre le Sud Dakota qui équipe bien ses aires de repos (oui, oui, il y a parfois des aires de repos, mais seulement sur certains axes principaux) avec ses commodités et même ses stations de dumping gratuites (=vidange des eaux des camping-cars) mais qui précise qu’on n’a pas à y dormir, et le Minnesota voisin qui précise que le sommeil au volant tue et qu’il faut s’arrêter dormir régulièrement mais dont les aires de repos ne proposent que des toilettes (on s’était trop vite habitués au confort !). D’ailleurs, je voudrais ajouter que sur les aires de repos, les chauffeurs de camions qui s’arrêtent laissent leur gros moteur tourner. Ça peut durer longtemps (on s’endort avant !), et j’imagine qu’en Europe ça doit être la même chose ! Vu la consommation des engins, quel gaspillage ! Bon, je mets un bémol pour les zones hyper chaudes : de la clim, pour pouvoir dormir et se reposer vraiment, est nécessaire.

Pour revenir à la conduite, ici, pas de rond-point ! Comptez plutôt sur des stops à chaque carrefour ! Mais pas n’importe quels stops !! Pour un carrefour bien comme il faut, il doit y avoir 4 stops, un à chaque coin ! Et comment s’en sort-on si 4 conducteurs sont arrêtés chacun au sien ? Par la loi de la priorité à droite ? Non, non, et puis ça ne changerait rien au final, puisque chacun a quelqu’un à sa droite. Non, ce qu’il faut, c’est qu’en arrivant, chaque conducteur observe l’ordre d’arrivée à sa ligne blanche : le 1er arrivé passe en premier, le 2ième en deuxième et ainsi de suite. Et pensez à ceux qui arrivent par derrière pour attendre leur tour de passage!  La règle est toujours la même, même si ceux qui s’agglutineraient en file indienne n’auraient que peu d’indices pour savoir à qui c’est le tour. C’est là qu’entrent en jeu la courtoisie et éventuellement des feux qui régulent les carrefours sujets à ce genre de situation. Ne paniquez donc pas, cela devrait bien se passer, à condition que vous respectiez parfaitement le stop en question. Sinon gare au « ticket » ! Ça rigole pas ! Autant les policiers ne sont pas visibles en bordure de routes à épier les excès de vitesse comme en France, autant ils apparaissent dans l’angle du rétroviseur dès que vous avez enfreint  une règle ! Si les gyrophares vous sont adressés, garez-vous gentiment sur le bas-côté, les mains bien visibles sur le volant (ne vous jetez pas sur vos papiers, vous risquez d’être criblé de balles) et patientez. Pendant quelques minutes il ne se passe rien, les policiers garés juste derrière vous ne sortent pas de leur voiture. Ils vérifient votre immatriculation. Puis, j’imagine, ils viendront vous rappeler vos droits comme dans les films. Nous n’en avons pas fait l’expérience personnellement, mais avons vu quelques véhicules attendant leur sort près du trottoir. Par contre, lorsque notre courroie d’alternateur a cassé et que nous nous sommes arrêtés sur la bande d’arrêt d’urgence, nous avons vu arriver un flic au bout de 5 minutes à peine. Il est venu très gentiment voir ce qui nous arrivait, nous a même proposé son aide pour changer la courroie, avant d’aller attendre dans son véhicule que nous ayons fini. Ça a été très sympa parce qu’aussitôt les conducteurs se sont déportés sur la voie de gauche dans ce laps de temps, ce qui nous a évité pas mal de frayeurs. La réparation faite, nous l’avons remercié et il nous a escorté jusqu’à l’entrée de la ville où on a fait quelques emplettes de bricolage !

Tant qu’on est sur les grandes routes, faut savoir qu’elles peuvent avoir 2×2 voies comme 2×7 comme à Los Angeles (je me répète !), et les échangeurs peuvent être énormes et dans tous les sens, sur 2 ou 4 niveaux. Il ne faut pas se tromper de voie quand on veut sortir de la highway (ou d’ailleurs y rester !!).

22-07-14 Départ vers Sequoia NP (41) 22-07-14 Départ vers Sequoia NP (37) IMG_1375 29-07-14 San Francisco (29) 29-07-14 San Francisco (30)

Le problème, c’est qu’une sortie que l’on attend peut aussi bien se trouver sur la voie de droite comme habituellement en France ou sur celle de gauche ! Et là c’est le sketch ! Imaginez notre escargot devant se faufiler de la voie de droite à l’autre côté, traverser les 6 autres voies en s’insérant entre les autres voitures qui sont unanimement récentes et rapides (du moins en Californie) et qui ont bien d‘autres chats à fouetter que d’être courtoises avec le bidule qui se traîne avec son clignotant mendiant un passage ! Il vaut mieux être rapide que lent ! Le tout dans un laps de temps court, parce que côté indications, ce n’est pas si mal foutu, mais toujours trop près de la sortie. On en donc un peu bavé  en Californie, Fredo à la conduite, moi en copilote. Le fait est, qu’à part en Californie, les autres Etats présentent une plus grande diversité quant aux véhicules (certains étant des tacots plus vieux que ceux qu’on peut trouver dans certains coins d’Europe) et des routes bien moins larges, avec moins de dangers ! Par contre, partout, les panneaux annonciateurs n’apparaissent que quelques mètres avant le carrefour. Il faut être hyper vigilant. Dans les grandes agglomérations, il faut vite s’habituer aux points cardinaux. Les villes (et même dans certains Etats les routes en général) étant un quadrillage nord-sud, est-ouest, les indications portées sur les panneaux seront de ce style :

University Avenue North  ou University Avenue South ou 38th street West  ,  7th ave East

IMG_3680 indian road

On nous propose donc des noms de rue (à prendre dans le bon sens, bien sûr !) et non des noms de ville. A nous de savoir si nous voulons nous rendre plutôt à l’Est ou plutôt au Nord par rapport au point où nous nous trouvons !

Grâce à Alice et Yannick qui nous ont conseillés et qui nous ont pris une carte de membre chez AAA, nous avons accès à toutes les cartes des Etats (et comme on ne nous a pas demandé notre carte de membre, j’imagine que n’importe qui peut entrer dans une de ces agences pour demander une de ces cartes gratuites !). C’est bien pratique, parce que le GPS sur le téléphone portable ne sert absolument à rien, vu qu’en dehors de villes, du moins à l’Ouest, on ne capte aucun réseau.

Mais avec tout ça, je me suis encore une fois de plus éloignée de la conduite. Dans la pratique, les américains doublent aussi bien par la voie de gauche que par la voie de droite. Aucun problème. Je ne sais pas ce qu’il en est dans le code de la route. De toute façon, pour la plupart des américains, le code doit être bien loin, vu qu’ils peuvent conduire dès 16 ans ! Je rappelle qu’on ne doit pas choquer les jeunes de 0 à 21 ans en buvant de l’alcool devant eux, mais on peut leur confier un volant à 16 ! Aucun problème. Les  panneaux et la signalisation au sol sont jaunes. Quand il y a une double ligne continue au sol, on peut visiblement la couper pour tourner à gauche. On ne doit pas la franchir, par contre, quand il y a une quadruple ligne ! Pourtant, ils utilisent également la ligne discontinue. Je ne  saisis pas bien les nuances…

IMG_1277

Autre distingo : les feux. Non seulement ils sont placés –entre autre- de l’autre côté de la rue, mais en plus, quand bien même vous seriez au rouge, si vous êtes sur la voie tout à droite, vous avez le droit, après avoir marqué un stop et laissé passer les conducteurs venant de gauche, vous avez le droit, disais-je, de faire un « turn right » : comprenez, vous pouvez tourner à droite. Et c‘est bien pratique. Ça va être difficile de se déshabituer !

IMG_3736

Bon, et puis tout en vrac:

On voit parfois des voitures rigolotes: une jeep avec des faux cils sur les phares, des limousines, des pick up pas ordinaires…

IMG_2504 18-07-14 Limousine au storage (3) 18-07-14 Limousine au storage (2)

IMG_3985 25-08-14 Yellowstone NP Mammoth Hot Springs (1)

Et le genre de stations de dumping que l’on rencontre dans le Dakota et qui sont bien pratiques pour vidanger nos réservoirs d’eaux usées:

26-08-14 Dump station

Il existe également, sur les grosses routes, des carpool : ces voies sont réservées pour les voitures qui transportent 2 passagers ou plus. Elles sont relativement vides.

22-07-14 Départ vers Sequoia NP (42)

Autre détail qu’on remarque au bord des routes: les rangées de boîtes aux lettres:

15-07-14 Equithérapie (26)

Dernière chose qui me vient à l’esprit: les panneaux d’entrée des villes. Ils ne sont pas blancs entourés de rouge; ils sont tous différents, chaque ville faisant sa pub selon sa fantaisie. En voici un, avec spéciale dédicace à Yannick!

IMG_3665

H.

Black hills & Mount Rushmore.

C’est avec une pointe de déception que nous quittons l’ouest américain, et que nous faisons le chemin des pionniers à contre sens. Mais comme dit le proverbe chinois : Go East young man and grow up with the tavel! A moins que ce ne soit l’inverse.

Première étape: le Sud Dakota et ses grandes plaines, mais pour les atteindre il faut passer près de Rapid City, des Black hills et en son centre du fameux Mont Rushmore.

Une route presque sans encombres (les encombres feront l’objet d’un article ultérieur), nous conduit dans ces montagnes (toujours perchés à 2500m), paradis pour les chasseurs et les conducteurs d’engins à moteur: quads, motoneige. Nous voyons vite que nous ne sommes pas dans un parc national, l’impact de l’homme est très important. Cependant, les terrains ici sont si vastes qu’il reste quand même de la place pour la nature.

IMG_3653 IMG_3654

Et au sortir d’un virage, les voilà qui se découvrent à nos yeux ébahis.28-08-14 Mt Rushmore (9)

Timidement tout d’abord, de loin, puis en se rapprochant, nous nous rendons compte de l’ampleur de l’œuvre.

28-08-14 Mt Rushmore (7)

28-08-14 Mt Rushmore (2)

L’histoire du mont est assez originale. Au départ il ne s’agissait pas de la folie d’un artiste ou d’un vibrant hommage à de grands hommes (ça le deviendra plus tard). C’est juste un coup de pub que des politiciens locaux voulaient faire pour leur État. Ils ont donc eu l’idée d’une énorme sculpture dans ces montagnes afin de faire apparaitre le Dakota du sud sur les cartes.

Maintenant que sculpter? Par qui? où exactement? Et avec quels deniers?

Les instigateurs du projet ont pensé faire apparaitre des portraits de héros locaux (chefs militaires blancs et indiens). Ils contactent le sculpteur en vogue de l’époque: John Gutzon de la Mothe Borglum, Gutzon Borglum pour les intimes. Celui-ci accepte le projet mais il ne veut pas sculpter de figures locales, il veut des hommes ayant œuvré pour la grandeur du pays et pour la liberté: des présidents.

Ils se décident après deux ans de prospection pour cette falaise de granite appelée Mont Rushmore.

220px-Six_Grandfathers

Il ne manque plus maintenant que le financement. Nos politiciens tentent en vain de faire soutenir leur projet à Washington. Ils ont alors l’idée d’un plan machiavélique. Ils invitent le président de l’époque, Calvin Coolidge, dans les Black Hills pour les vacances. Ils lui aménagent un hôtel en palais présidentiel. Ils préparent la rivière, car il est féru de pêche, en jetant des carcasses de poulet afin d’attirer et d’engraisser toutes les truites du voisinage. Ils lui font un accueil triomphal à la descente du train: 10000 personnes! Vu le peuplement de cet état rural, c’est énorme. Et ça marche! Le président prolonge son séjour (initialement de trois semaines) et reste deux mois. Finalement il accorde le financement du projet, à condition qu’il y ait  deux républicains et deux démocrates.

Le chantier dure de 1927 à 1941, 400 ouvriers, aucun mort (alors qu’ils travaillaient avec de la dynamite, des marteaux piqueurs sur des balançoires au dessus du vide ). Seul le sculpteur décède quelques mois avant la fin de l’œuvre.

Pour l’histoire, les présidents sculptés sont (de gauche à droite):

Georges Washington: héros de l’indépendance et 1er président du pays.

Thomas Jefferson: 3 eme président, instigateur de l’abolition de l’esclavage et rendant illégal « l’importation » de nouveaux esclaves d’Afrique.

Théodore Roosevelt: 26 eme président, visionnaire, il lutte contre les grosses entreprises, créé le service des parcs nationaux et se tourne vers l’étranger.

Abraham Lincoln: 16 eme président, il a exécuté l’œuvre entamée par Jefferson en abolissant l’esclavage. Il a gagné avec le Nord la guerre de sécession.

Fin de l’étape. On remonte en voiture. Prochain arrêt, le lac Michigan.

Yellowstone NP

24-08-14 Yellowstone river canyon  (49)

Arrivée en fin de journée, frisquet, direction campground pour se réchauffer autour du feu. Pendant que Camille fait le feu, Arthur va chercher le bois et il nous rapporte… des cèpes! Certes, pas des cèpes de Bordeaux, mais cèpes quand même. Donc forcement grosse pensée pour Janick. Et ce n’est que le début, pendant les cinq jours que dure notre séjour dans ce parc, ce sera champignons sous toutes ses formes à chaque repas. Il y en a partout et personne ne les ramasse (peut-être est-ce parce que nous sommes dans un parc national). Quel gâchis!

IMG_3216 IMG_3221 IMG_3218 23-08-14 Yellowstone Old Faithful trail (2)

Il fallait bien ça pour compenser le froid et la pluie qui nous accueillent. Les trois premiers jours, la neige était même prévue. Il faut dire que l’altitude moyenne du parc est élevée, nous n’ allons pas descendre sous les 2400m ; certains sommets autour sont à près de 4000m.

Notre premier contact avec le parc: de l’eau, une chute d’eau, la Lewis Falls, près du lac du même nom, un petit aperçût  de ce qui nous attend ensuite.

IMG_3189

IMG_3195 IMG_3203

Le second contact fut un peu plus brûlant mais d’abord un peu de sciences: les Etats-unis étant bordés à l’Ouest par une zone de subduction, le pays en subit donc tous les agréments: séismes, volcanisme, ski/alpinisme (montagnes). Yellowstone est pour l’essentiel l’immense caldéra d’un volcan qui a sévi pour la dernière fois il y a environ 100 000 ans, mais il est toujours bien vivant et le fait savoir de différentes manières: sources chaudes (hot springs), boues bouillantes (mud pots) et geysers. Tout cela est alimenté par la chaleur de la lave qui affleure ici (seulement à qques miles sous nos pieds).

De ce fait comme pour les mountain lions de Séquoia, nous aurons passé tout notre séjour avec ce petit quelque chose dans la tête: et si c’était pour maintenant, et si tout ce beau paysage calme et paisible était pulvérisé dans les airs…? D’autant qu’ici nous sommes sur un « super volcan » (comme toujours avec les américains) dont les dernières explosions étaient des centaines de fois plus importantes que celle du mont St Hélène.

Ça y est, j’arrête, je range ma blouse et mes craies.

Comme nous sommes entrés par le sud, nous sommes de suite dans le bain, si l’on peut dire entre un lac de caldéra et les « bassins » de geysers. Certains d’entre eux débouchent même dans le lac. Ça fait tout bizarre, je le répète, nous sommes dans un environnement de montagne, avec le froid qui va avec et cependant, il y a toujours des fumerolles ou des bassins d’eau chaude à l’horizon.22-08-14 Yellowstone West Thumb (17)

22-08-14 Yellowstone West Thumb (13) 22-08-14 Yellowstone West Thumb (9) 

Et le roi des geysers de ce parc, l’un de ses symboles:

23-08-14 Yellowstone Old Faithful geyser (2)

C’est le plus régulier des gros geysers du parc, une éruption toutes les 90 minutes, pratique pour assurer le spectacle.

IMG_3256

IMG_3284

Et ça fait 60 ans que ça dure, mais ! Mais regardez là-bas, derrière, il y en a un autre qui « geysérise » (terme emprunté au vocabulaire très riche de notre Arthur), et celui-là, nous avons plus de chance de le voir, étant donné que son éruption est moins prévisible (toutes les 12 à 24 heures).

22-08-14 Yellowstone Old Faithful geyser (31)

Quelle chance! Et tout ça rien que pour nous… ou presque.

IMG_3305

En même temps, s’il y a tout ce monde, c’est que l’endroit vaut le détour. Quelques photos des environs du « Vieux  plein de foi » et des bêtes qui y traînent.

IMG_3309 23-08-14 Yellowstone Castle Geyser (21) 23-08-14 Yellowstone Old Faithful trail (24) 23-08-14 Yellowstone Old Faithful trail (21) 23-08-14 Yellowstone Old Faithful trail (11) 23-08-14 Yellowstone Bison (5) IMG_3312

A partir de là, nous devenons des chasseurs d’éruption, avec le programme des différents horaires des différents geysers prévisibles. Le seul petit problème étant que ces horaires ne sont que des prévisions: nous nous retrouvons à poiroter; avec le Uno, ça passe quand même plus vite.

Sur la route vers le nouveau camping, nous croisons les Gibbon’s Falls et l’emblème des Etats Unis: le bald eagle (piguargue à tête blanche), joli, joli tout ça:

22-08-14 Yellowstone Gibbon falls et Baldeagle (3)

22-08-14 Yellowstone Gibbon falls et Baldeagle (8)

Et pour le diner, omelette aux cèpes:

IMG_3369

Le lendemain, programme chargé. Tout d’abord, petite visite au Castel geyser, le véritable ancêtre du coin, avec une éruption de presque 1h! Seulement sa fourchette de prévision d’éruption était de deux heures et évidemment il a attendu la fin du délai pour se décider.

23-08-14 Yellowstone Castle Geyser (5)

Puis un petit détour par le Biscuit basin, son Opale pool, ses geysers et jolies hot springs:

23-08-14 Yellowstone Biscuit Basin (7) 23-08-14 Yellowstone Biscuit Basin (2)

23-08-14 Yellowstone Biscuit Basin (5)

Puis, le gros morceau, le Fairy Falls Trail, une rando de 6 miles, avec une chute d’eau (pour changer ) en objectif, mais surtout la possibilité de monter sur une colline escarpée pour voir ceci:

23-08-14 Yellowstone Gd Prismatic Fairy F (2)

Le grand prismatique, cet autre haut lieu du parc, le spectacle est magnifique,  donné par la nature, et malgré les mauvaises conditions météo, il laisse sans voix. Le froid finit quand même par nous arracher à notre contemplation et nous repartons pour le trail -là, il faut entendre un gros soupir- mais on se console bien vite.

23-08-14 Yellowstone Fairy Trail (28) 23-08-14 Yellowstone Fairy Trail (20) 23-08-14 Yellowstone Fairy Trail (10)

Ce qu’il y a de bien avec la roche volcanique, c’est qu’elle s’érode en canyons profonds, se casse de façon assez nette, et ça donne souvent de belles choses.

Bon maintenant, on rentre et vite! Parce que le froid pique vraiment et on a repéré à l’aller quelques spots pour se réchauffer.

23-08-14 Yellowstone Old Faithful trail (4) 23-08-14 Yellowstone Geyser

Au retour, nous profitons encore de ce que la nature nous offre généreusement, ce soir, nous les arrangerons à la crème.

23-08-14 Yellowstone Fairy Trail (4)

Mais d’abord, encore petit détour sur les abords du Grand Prismatic (nous sommes devenus accros), et sur ses terrasses.

23-08-14 Yellowstone Gd Prismatic (2)

Les différentes couleurs sont dues à différentes colonies de bactéries chacune adaptée à une température: ça va du bleu pour l’eau la pus chaude, au rouge pour la moins chaude en passant par du jaune, du orange, du marron. C’est un délice pour les yeux, de loin. Parce que de près, c’est un peu moins glamour, un peu plus gluant.

Quelques paysages sur le retour vers la camping, de l’eau et de la roche (coulée de lave).

23-08-14 Yellowstone Firehole Canyon Drive (3) 23-08-14 Yellowstone Firehole Canyon Drive (1)

Troisième jour, donc forcément troisième emblème du parc, et roulement de tambour, il s’agit d’une chute d’eau. Mais ici, nous avons LA chute du parc, en plus, dans le canyon creusé dans la roche jaune (yellow stone), par la Yellowstone river. Elle est composée des Upper falls et des Lower falls ; nous commençons par les Upper pour se garder le meilleur pour la fin.

24-08-14 Yellowstone river canyon  (33)

Là, un « osprey » nous anime la balade en pêchant dans le bassin sous la cascade, impressionnant. D’ailleurs à partir de ce moment, nous en verrons régulièrement le long des rivières.

Image de prévisualisation YouTube

Enfin, arrive la Lower Fall, ne pas se fier à son nom, elle est juste située plus bas dans la rivière, mais elle est bien plus haute que les Upper, et dans un cadre plus grandiose.

24-08-14 Yellowstone river canyon  (17)

24-08-14 Yellowstone river canyon  (28) 24-08-14 Yellowstone river canyon  (21)

Il y a tellement d’embruns que ceux-ci forment des ruisseaux sur les parois en contrebas.

Au passage, nous avons pu repérer la maison de notre ami l’osprey, avec ses deux « Bébés » attendant leur pitance.

24-08-14 Yellowstone river canyon  (18)

Maintenant, nous partons direction Nord du parc, une partie moins riche en « attractions » touristiques, mais beaucoup plus sauvage et donc riche en faune: castors (beavers), grizzlis, buffles,chevreuils à grandes oreilles (deers), cerfs (Elks) et élans (Mooses). Nous espérons en croiser certains. Toujours dans les conditions les plus safe possible.

Cependant le minéral veut encore être de la partie en nous offrant les Mammoth Hot Springs.

25-08-14 Yellowstone NP Mammoth Hot Springs (45) 25-08-14 Yellowstone NP Mammoth Hot Springs (43)

Nous nous décidons alors pour le Beaver pond Trail, 5 miles dans la montagne à la recherche des animaux ou du moins de leurs traces. Pour optimiser nos chances, nous avons marché à pas de loup et avons chuchoté une bonne partie de la balade.

25-08-14 Yellowstone NP Beaver Pond Trail (27)

Résultat: un cerf femelle et de nombreuses traces d’autres animaux, mais pas les animaux eux-même. Des traces de castors :

25-08-14 Yellowstone NP Beaver Pond Trail (23) 25-08-14 Yellowstone NP Beaver Pond Trail (8) 25-08-14 Yellowstone NP Beaver Pond Trail (5) 25-08-14 Yellowstone NP Beaver Pond Trail (4)

Après tout c’est le nom du trail.

Des traces de cerfs, hors piste celles-là. Si nous ne nous étions pas rapprochés de l’étang par des sentiers d’animaux, nous ne serions pas tombés sur elles:

25-08-14 Yellowstone NP Beaver Pond Trail (11)

Et des traces de bisons partout. Mais bon nous finissons la balade un peu sur notre faim, nous espérions au moins des cerfs avec tous les panneaux nous indiquant qu’ils sont dangereux, qu’il ne faut pas les… Ah bin tient, c’était bien la peine!

25-08-14 Yellowstone NP Elks (4)

5 miles de rando pour les rencontrer et eux ils nous attendent près du camper, grrr!

Et nous voilà déjà à l’épilogue de ce séjour dans ce parc, certes moins dépaysant que ceux du Sud, mais si riche en magnifiques paysages et dont l’atmosphère est si apaisante. Et que dire de ses champignons!

Il fut marqué du sceau de l’eau: des rivières, des chutes, des geysers, de la pluie, de la neige (sur les sommets environnants), ne manquait que la glace.

Et aussi par quelques déconnades, nous ne sommes pas toujours sérieux, nous savons nous aussi rire. Non mais! Sur le manège et sur le « Trône de pierre ».

24-08-14 Yellowstone river canyon  (2) 24-08-14 Yellowstone river canyon  (5)

Allez encore une pour le plaisir des yeux.

24-08-14 Yellowstone river canyon  (12)

A la prochaine, pour la grande traversée des plaines.

Ciao, bises.

F.