Archives pour la catégorie 06- L’Est américain

New York

IMG_4511

Nous revoilà et dans notre exercice favori : la visite de grosses villes. Combien d’heures dans les bouchons ? A combien se montent les amendes reçues ? Autant de questions auxquelles nous allons nous empresser de répondre.

Mais tout d’abord, pour rejoindre les États-Unis, il nous faut repasser la frontière. Nous nous décidons pour un passage en campagne par une route pas très fréquentée. Nous n’avons donc que ¾ d’heure d’attente, qui nous permet au passage de faire nos profs et de corriger les fautes d’orthographe qui constellent les panneaux.

IMG_4466 IMG_4469

Et dire que c’est une frontière avec un état 100 % francophone. Je soupçonne les québécois de ne rien avoir dit, juste pour rire.

Tentative 1 : un douanier genre papy, avec rouflaquettes et tout. Nous nous disons  donc que tout va bien se passer :

–          « Avez-vous de la nourriture ? »

–          « Oui, juste pour notre consommation. »

–          « Quelle est-elle ? » (parce que les douaniers ici sont très éduqués, et que c’est moi qui écris)

–          « Tomates, choux, courgettes… » (le marché de Trois Rivière proposait des produits frais à des tarifs très compétitifs).

–          « Ok, avez-vous du bois pour le feu (firewood) ? »

–          « … Oui… »

–          « Vous ne pouvez pas passer. Vous retournez au Canada pour vous en débarrasser. Vous suivez la ligne jaune là et quand elle devient blanche vous faîtes demi-tour (un U turn) et vous retournez au Canada. »

–          « … »

Qu’auriez-vous fait ? Vous vous seriez perdus en conjecture expliquant que ce bois vient en fait des États-Unis, et que les douaniers canadiens s’en foutent. Nous retournons donc au Quebec pour jeter notre bois à un endroit prévu pour (eh oui, ils ont l’habitude). Au passage, le douanier canadien s’est bien marré.

Il faut les comprendre, les américains ont des phobies comme celle-là : le bois peut contenir des bêtes qui coloniseraient une autre forêt que celle dont ils est issu. Dans un parc national, il est interdit d’utiliser du bois que nous aurions acheté ailleurs. Eh oui parfois il faut acheter son fire wood même si le sous-bois est jonché de bois mort. Cela dit nous pouvons parfois en glaner.

En tout cas, une fois le bois jeté, nous voilà de nouveau en train d’attendre à la frontière pour…

Tentative 2 : ¾ d’heure plus tard et c’est une douanière qui nous reçoit cette fois. Cheveux tirés en une queue de cheval sévère, aucun goût pour l’habillement, aucune originalité. Cela n’augure rien de bon.

–          « Avez-vous de la nourriture ? »

–          « Oui, juste pour notre consommation. »

–          « Quelle est-elle ? » (parce que les douanières ici sont très éduquées, et que c’est  encore moi qui écris)

–          « Tomates… »

–          « Tomates ? Vous ne pouvez pas passer. Il faut retourner au Canada consommer vos tomates ou les jeter maintenant. Il faut que les fruits et légumes aient une étiquette : made in USA.»

–          « … ?! »

Nous essayons tout de même de défendre les premières tomates goûtues que nous avons achetées en Amérique et nous récoltons…une fouille du camper. Gloups !

Heureusement elle n’est pas tombée sur tous ces produits illégaux que nous transportions en plus : poires, pommes, cerises de terre (amours en cage)… Pour finir et pour éviter un tour de manège gratuit, nous cédons. Et 20 Lbs (environ 10 kg) de tomates à la poubelle, 20 !

Il faut croire qu’ils ont chacun leur phobie, ou alors qu’elle a de la famille qui produit des tomates dans le coin. Va savoir.

Dernière chose pour montrer leur parano, dans le camper, il m’a fallu une poche pour y mettre toutes ces tomates, je me dirige donc vers le placard des poches et là : « Qu’est-ce que vous faites ?!! » Avec un ton paniqué, genre je vais chercher mon fusil. Mais comme je n’ai pas compris sur le coup, j’ai quand même pris ma poche et elle s’est radoucie ensuite comprenant mon « inoffensivité ». Nous avons enfin pu parler de notre périple et de choses et d’autres.

Bilan : plus de 2 heures pour passer la frontière et 9 $ de tomates et quelques morceau de bois en moins. Ce n’est finalement pas trop mal, j’avais lu en préparant le voyage que cela pouvait prendre plus de 4 heures, et qu’il fallait payer quelque chose.

Il ne nous reste plus qu’à descendre le Vermont et ses jolies collines entièrement couvertes de forêts. A traverser le Métachausette (Massachusetts) & le Connecticut et leurs jolis villages remplis de belles villas, et à atteindre la côte en face de Long Island pour passer la nuit.

IMG_4470 IMG_4471 IMG_4472 IMG_4475

Le lendemain, levé 6h pour prendre le train à New Rochelle (petite ville au nord de New York). Nous traversons d’abord le Bronx, et continuons direction Grand Central Terminal, la grande gare en plein cœur de Manhattan. Là débute notre périple dans la grosse pomme.

IMG_4481 IMG_4484

Tout d’abord la New York Public Library (comprendre bibliothèque) dans son magnifique bâtiment tout en marbre avec ses salles d’études et de lecture. Il y a ici un des exemplaires de la bible de Gutenberg.

IMG_4488 IMG_4489

Puis nous remontons la cinquième avenue, la plus centrale. Elle départage les Streets entre East et West. Nous sommes déjà impressionnés par ces murs immenses formés par ces immeubles géants.

IMG_4491

IMG_4492

IMG_4498

A côté de ceux-ci, la cathédrale St Patrick à l’air toute petite. Elle est entièrement en travaux, recouverte d’échafaudages dehors comme dedans. Pas grand-chose à voir donc.

Un petit tour au Rockefeller center, une grande tour en béton gris et une fontaine avec des sculptures en hommage à la libre entreprise et à l’accomplissement par l’argent. Il y a cependant un magasin Lego sympa à ses pieds.

IMG_4499

Enfin nous arrivons à Central Park, nous le traversons dans la largeur par le sud, c’est une respiration qui permet de sortir un peu de la foule sur les trottoirs et de la circulation constante qui fait de chaque carrefour un challenge.

IMG_4520 IMG_4519

Après un break sur les bancs du parc (qui ont des plaques d’hommages), nous repartons pour le sud par Broadway.

IMG_4522

Nous traversons Time Square, ses pubs et son magasin Apple qui vend depuis la veille les Iphones 6, d’où une queue monstre et la télé.

IMG_4531 IMG_4532 IMG_4527

IMG_4514 IMG_4515

Un petit détour par l’Empire State Building, histoire de se sentir tout petit. Ravalement de façade et échafaudages nous cachent sa … façade (Merci Renan L.). Une très (trop pour nous) longue queue pour accéder au sommet nous fait économiser beaucoup d’argent, mais nous prive d’une belle vue (merci les autres ! Les touristes devraient savoir que nous sommes là pourtant !).

C’est là que nous décidons d’enfiler notre tenue de taupe et que nous empruntons le subway pour atteindre la pointe sud de l’île et ses embarcadères pour Liberty Island et Ellis Island. Queue (pas trop longue), tickets, et nous embarquons donc sur Miss Liberty direction la statue. Comme nous approchons de la fin d’après-midi, il n’y a pas foule et c’est tant mieux. Nous nous faisons  guider par un Ranger (nous sommes dans un national park), pour un tour très complet sur la statue, du concept à la réalisation.

IMG_4544

Idée : E de Laboulaye ; Artiste : A. Bartholdi (pas d’accord au début, puis comme on lui refuse un projet en Égypte, il le recycle en Statue de la liberté) ; Financeurs : le peuple français (pour la statue), le peuple américain (pour le piédestal) ; Aides notoires : G. Eiffel, Pulitzer, E. Lazarus… Inauguration : 1886

IMG_4568 IMG_4565

Pour l’anecdote : La statue brise des chaines en marchant dessus. Ce détail est resté caché aux américains jusqu’à l’abolissement complet de l’esclavage. Pour plus de détails, il y a des ferrys toutes les heures au moins depuis le sud de Manhattan.

Mais comme il se fait tard, pas de montée dans la couronne. Tant pis. Nous profitons encore de la belle vue sur la ville et nous repartons sur Lady Liberty cette fois.

IMG_4574

IMG_4572

9-11 mémorial, deux grands trous transformés en fontaines, seuls restes des tours. Sur les margelles, les noms de tous les morts, et autour, des curieux et des gens qui pleurent. Impressionnant. Un musée, deux gratte-ciel flambant neuf, tout de verre, dont l’un : la Freedom Tower.

IMG_4578 IMG_4580

Nous repassons par les tubes souterrains, direction China Town, pour nous restaurer.

IMG_4583

La nuit est tombée mais pas l‘effervescence de la ville. C’en est trop pour nous, nous souhaitions voir Little Italy, le Brooklyn Bridge et d’autres choses, ce sera pour une prochaine. Nous retournons dans notre escargot via métro et train. C’est fou, les rues sont pleines de voitures, de piétons cependant les transports en commun nous ont toujours proposé des places vacantes. Il faut croire que les New Yorkais préfèrent être dans les bouchons, dans leur taxi ou être à pieds.

IMG_4585

Dernière remarque sur cette ville, il n’y a aucun plan touristique de proposé, ni de plan du métro. Nous avons extorqué notre plan à un vendeur de rue qui voulait nous extorquer de l’argent pour des tours en bus. Cela dit, comme tout le monde a un smartphone, je suppose que cela ne pose pas vraiment de problème à grand monde.

Dernière dernière chose : les rues sont pleines de vendeurs de tickets pour tout et rien. Difficile de résister, mais si nous les avions écoutés, il était trop tard pour aller sur Liberty Island, et nous nous serions contentés d’en faire le tour en bateau. Ils sont très insistants, c’en est pénible parfois.

Voilà pour cette grande ville là. Pas d’amende, pleins de grands immeubles très hauts, des rues bondées, un rythme de fou. Très peu pour nous. Nous roulons donc direction Washington.

F.