Archives pour la catégorie 07- On dirait le Sud

IMG_5193

Une plantation de canne à sucre et ses esclaves

La plantation de Oak Alley

La plantation de Oak Alley a été offerte par Jacques Roman a son épouse Célina. Le couple Roman a d’abord  acheté une quarantaine  d’esclaves.

La mère de Jacques avait pour habitude  de ne pas séparer les familles . Pour respecter la volonté  de  sa mère,  après son décès, Jacques  a  racheté ses esclaves. Il acheta tous ses esclaves un par un. Le couple possédait  donc environ  130 esclaves .

04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (55)

Le jardin de la plantation est organisé  de cette façon:
Une allée bordée de chênes (qui peuvent vivre 600 ans et qui ont maintenant environ 250 ans) regarde la rivière  Mississipi.
La grande maison est en face de l’allée.
La cuisine est à l’extérieur  de la maison pour  ne pas la chauffer.
Celle ci a brûlé et n’a pas été  reconstruite.
Le quartier des esclaves est derrière et est constitué  de deux rangées  de 10 cabanes.

04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (69)
Les horaires de travail sont sonnés par une cloche.
Un code différent annonce différents  types d’événements .

04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (22)

Nous allons maintenant parler de la vie des esclaves dans les plantations  de  canne  à sucre.

Ils travaillent pour le propriétaire environ 18heures par jour;
les hommes  sont choisis dans les champs de canne à sucre  pour leur productivité.

04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (5) 04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (3)
L’entretien des routes, des canots,des digues… est dédié aux femmes, c’est souvent le plus difficile, mais les femmes coûtaient moins cher à l’achat, et leur travail n’avait pas une incidence directe sur les revenus du domaine.
Pour les esclaves travaillant  dans la grande maison, le service, la cuisine, le nettoyage, être nourrice…., les vêtements sont meilleurs.
Tout le monde doit travailler hommes, femmes, enfants et  vieillards.

Mais, après leur travail, les esclaves doivent aussi s’occuper de leur famille et leur maison.

Les esclaves sont obligés de faire leur propre potager pour manger car la ration journalière donnée par le propriétaire ne suffit pas.
Ils font vivre les animaux dans la maison pour ne pas se les faire voler.

Les conditions de vie sont horribles, les esclaves sont traités comme des objets.

Les esclaves sont acheté par de riches familles de blancs et travaillaient dans les plantations où ils logent.
Les maisons sont très petites, elles abritent entre 4 et 10 personnes  (maisons doubles entre 2 et 5 personnes par moitié ) et ne comportent  qu’une seule pièce.

IMG_519304-10-14 Oak alley plantation Louisiana (72)
Les lits étaient soit des matelas ou des sommiers de cordes tendues, avec une couverture.
Il n’y a pas de cuisines  juste une table et  une cheminée.
Au début,il  y a peu de toilettes et juste pour les
femmes. Puis il y en a plus peu à peu. Les symboles pour les différencier sont: un soleil pour les hommes et un croissant de lune pour les femmes.

04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (60)
Les esclaves  de cette plantation qui s’échappaient étaient sévèrement punis.
Le seul à avoir  été  affranchis était Zéphyr, qui, après,  à continué à travailler à la plantation en étant payé et a économisé assez pour racheter  sa femme mais pas assez pour ses fils, donc, ils s’installèrent à la plantation et y vécurent.

A la fin de la guerre de cessession, les esclaves s’échappaient  mais ne pouvaient pas survivre  car ils n’avaient pas de richesse et retournaient au travail. Il y a eu une grande confusion: les esclaves étaient officiellement libres mais leurs maîtres, eux, les considéraient encore comme des esclaves.
Ils les payaient donc en « token », sorte de monnaie propre à la plantation et que les esclaves  échangeaient  à la boutique de la plantation . Ces token étaient valables uniquement  dans la plantation  où les esclaves les recevaient ce qui réduisait d’autant leurs chances d’ascensione sociale.

A et C.

New Orleans, LouisianA and vicinities.

Ca y est. Nous y sommes. Dernière ligne droite avant le sud hispanisant. Mais bon! Pas trop vite quand même, il nous reste d’abord à visiter la Nouvelle Orléans (NOLA) et ses alentours. Dépaysement garantis, ça ne ressemble en rien à ce que nous avons vu jusque-là.

Quatre jours en Louisiane du 02 au 05 Octobre, trois jours de visites, trois jours de chaleur étouffante avant qu’enfin vienne l’orage salvateur.

Mais d’abord pause technique : Nous nous installons dans un camping de State Parc à 20 min du centre de NO et puis le linge doit se laver, le campeur doit recharger les batteries et le truck doit se faire ausculter, les enfants doivent apprendre. Et tout cela nous prendra la première journée. Finalement le truck a les défauts de son âge, et le remettre à neuf reviendrait à environ 3000$ ! Pour nous, ce sera l’option j’achète les « parts » et je les changerai si besoin. We will take a chance comme ça se dit ici.

IMG_5013 IMG_5014

La première nuit, nous découvrons la vie dans les bayous. C’est un siège. Les moustiques attaquent de toutes parts. Ils s’incrustent dans les moindres interstices et piquent.  La pauvre Camille est leur cible privilégiée, mais tout le monde y a le droit. Pas de jaloux.  Mais comme le temps est très lourd et qu’il est impossible d’aérer, la nuit se passe donc difficilement.

Le premier jour de visite est pour la ville. Nous traversons le Mississippi et nous nous garons dans le quartier des parkings à étages tout à fait abordables : 9$ pour la journée. Ce n’est rien comparé aux 45 à 60$ des autres villes. Nous sommes tout près du Mercedes Benz Dome. Le grand stade ouvert qui a servi de camp de fortune lors de l’ouragan Katrina.

02-10-14 New Orleans (2)

Nous traversons le quartier des affaires direction le French Quarter. Nous faisons une halte assez longue à la bibliothèque de la ville où il y a enfin un Wifi potable. Les enfants se font conseiller des livres mais se rabattent vite sur les bd.

IMG_4975

Nous arrivons enfin dans le quartier français et nous y trouvons une ambiance de ville coloniale… espagnole. C’est toute l’histoire de cette ville. Un énorme mélange de cultures : de l’espagnol, du français, de l’anglais, de l’afro-américain et finalement du vietnamien.

IMG_4978 IMG_4981

02-10-14 New Orleans (18) IMG_4995 IMG_4991

Nous passons devant la fabrique de lampes à gaz qui font fureur dans la ville. Une alimentation en gaz fournit tout le quartier et permet à chaque enseigne d’avoir ses lampes de chez Bevolo. Puis chez une tisseuse avec son métier qui nous montre le fonctionnement de la machine.

IMG_4980 IMG_4987

Puis nous nous décidons pour un resto, Pierre Masperos. Une excellente cuisine locale : Cajun Meatloaf  (sorte de farce grillée accompagnée d’épinards frais, tomates cerises cuites et purée de pommes de terre fumées (?)),  Shrimp and grits (crevettes saisies dans un mélange vin blanc-beurre, sur purée (?) au fromage, assaisonné de piments et autres épices…), juste trop bon!

IMG_4983 02-10-14 New Orleans (27)

Visite du vieux quartier de plus en plus animé au fur et à mesure que la soirée approche. De la musique à chaque carrefour.

IMG_5004

Mais pour nous, c’est l’heure de rentrer. Pas question de se faire dévorer vivant en restant dehors. Un dernier petit tour au bord du fleuve pour voir les bateaux de Tom Sawyer et nous disons au revoir à cette ville.

IMG_4999 IMG_5009

Encore une terrible nuit lourde orageuse et moustiqueuse.

Jean Lafitte NP.

IMG_5025

Eh oui ! Encore un. C’est que nous nous les aimons les NP. Et bientôt il n’y en aura plus. Alors y’en a un là, profitons en ! C’est un parc autant culturel que naturel. Il s’articule autour de plusieurs thèmes sur les sites qui vont bien. Nous, aujourd’hui, c’est le côté nature (pour changer).

IMG_5037 IMG_5071

IMG_5078 IMG_5088

Un peu plus de 4 miles (7km)le long du Bayou coquille, entourés de vilaines bêtes tissantes, rampantes,piquantes, gluantes et sautantes aussi parfois.

IMG_5044 IMG_5047 IMG_5046 IMG_5070 IMG_5072 IMG_5090 IMG_5093 IMG_5101

A l’entrée, on nous avait promis des alligators. Nous ne les avons pas vus. Sans doute étaient-ils là mais il manquait des yeux exercés pour distinguer LA buche qui avait des narines au milieu des autres.

IMG_5113 IMG_5095

Par contre des araignées… plein. Toutes grosses, Helena s’est retrouvée avec l’une d’elles sur son chapeau, elle a géré. Chapeau !

03-10-14 Jean Lafitte NP (65) 03-10-14 Jean Lafitte NP (12)

Une nuit enfin plus fraiche, l’orage a enfin éclaté et a emporté les moustiques au passage. Bon débarras et à dans longtemps j’espère.

Jour trois : Oak Alley Plantation. La fameuse, celle qui fait les couvertures de magazines et que l’on voit dans les films. Magnifique cadre pour une histoire bien moins belle. Merci à cet éleveur inconnu d’avoir planter cette allée de chênes il y a trois cent ans. Pour le reste, c’est exploitation de canne à sucre, esclavage, maison bourgeoise et guerre de sécession. Les enfants ont pour devoir de rendre compte de la vie des esclaves. Ce sera un prochain article.

20141004_12493520141004_124609

20141004_122854 IMG_5190 04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (58)

IMG_5139

IMG_5189

IMG_5169 04-10-14 Oak alley plantation Louisiana (38)IMG_5172

Un état très sympa cette Louisiane. Une fois de plus nous n’avons fait que la survoler, mais nous aurons vu (et goûté) de très belles choses.

Direction … Mexico  via le Texas.

F.

Natchez Trace Parkway.

IMG_4884

Une surprise comme nous les aimons. A l’origine, nous devions « faire » Nashville, puis Memphis dans le Tennessee, et enfin longer la Mississipi river jusqu’à son embouchure en Louisiane. Que des noms qui font rêver, surtout les amateurs de musique. Mais en consultant la carte, Helena est intriguée par une route, indiquée toute en vert, qui oblique vers le sud dès Nashville : la Natchez Trace. Comme nous aimons beaucoup le vert (béarnais), et que la musique, il y en a largement assez à la radio (la Country commence à gaver), nous tentons donc l’expérience.

Il faut savoir que les américains sont amoureux de leurs routes. Ils les considèrent comme des attractions. Quand nous croisons des touristes, ils nous conseillent des routes autant que des endroits à visiter. Ainsi la carte des États-Unis est-elle traversée de ces routes mythiques. Nous connaissions la route 66, Alice & Yannick nous ont fait découvrir la Hwy 1 qui remonte la côte pacifique, nous avons croisé la hwy 22 qui remonte de l’Arizona vers l’Utah et des touristes américains nous ont vivement recommandé la Blue Ridge Parkway pour redescendre les Appalaches. Et nous voilà maintenant sur une route carrément élevée au rang de parc national.

Cette Natchez Trace Parkway c’est Nashville, Tennessee, jusqu’à Natchez, Mississipi.

Comme ils présentent ici : ville, état. En effet, il y a ouatemille Springfield ou Montpelier ou … aux États-Unis, d’où le besoin de préciser l’état.

La route fait 444 miles de long, elle suit une voie historique (The old Trace).

IMG_4863 IMG_4822

Déjà empruntée par les natifs, elle traverse trois états (un petit bout d’Alabama au milieu) et traverse la Tennessee river (grosse rivière) et des dizaines de petites creeks (rivières). Elle est ponctuée de trails nature ou historiques. Il y a des campings gratuits sur le parcours. Et surtout, elle ne traverse aucune grosse ville, elle est interdite aux camions et la vitesse y est limitée à 50 mph. L’idéal pour nous et notre Bob.

D’autant que l’automne nous a rattrapé, octobre commence après tout. Donc tout le début du trajet se fait avec un joli paysage automnal. Nous nous régalons tellement que nous ferons le trajet en trois jours! A 45mph et avec de nombreuses haltes.

IMG_4746

IMG_4745 IMG_4789 IMG_4817

Première halte : Garrison creek, son pique-nique, ses pommes cuites, sa rivière à écrevisses, sa partie de pétanque.

IMG_4755 IMG_4759 IMG_4784 IMG_4749

2- Baker Bluff Overlook : L’overlook pas si over que ça, mais un petit trail permet d’accéder au Jackson Falls, qui, à cette époque de l’année ne sont pas très alimentées. L’endroit reste très joli.

IMG_4791  IMG_4804

3- Phosphate Mine : De minuscules mines tout le long de la Trace, desservies par de minuscules trains (pour une fois que quelque chose n’est pas grand ici).

IMG_4848

4- Camping/trail au Meriwether Lewis Site. Le Lewis né à Charlottesville, militaire/explorateur de son état, est mort d’une balle et enterré ici sur la Trace. Ils n’ont pas retrouvé le corps tout de suite, il a donc fallu analyser les ossements retrouvés pour prouver que c’était bien lui. Il a son tombeau dans le cimetière des pionniers. Le trail nature aurait pu être plus sympa, mais il y avait des tonnes de toiles d’araignées sur le chemin, il fallait avancer avec un bâton devant pour éviter d’en avoir plein le visage. Dommage.

IMG_4872

IMG_4842  IMG_4861

5- Lauderdale : Pique-nique au bord du Tennessee.

IMG_4893 IMG_4903 IMG_4914

6- Parkway Visitor Center : un poil trop tard, fermé. Flute, pas de booklets  pour nos junior rangers dans ce parc !

IMG_4912 IMG_4901

7- Jeff Busby Site : nous campons aux pieds de Little Mountain, un des points culminants de l’état du Mississipi : 603 feet (200m). Nous y rencontrons de petits félins nous rappelant le nôtre. Nous discutons aussi avec un couple de locaux dont les aïeuls ont construit et géré cette portion de la route.

IMG_4925

8- Sortie à Kosciusko, un village proche de la parkway pour recharger en essence et c’est reparti !

9- Cypress swamp : Ce trail nature nous fait réaliser à quel point nous avons changé de monde. Toujours de la forêt, mais les essences ont changé. Moins de chênes ou d’érables, plus de Tupelos, et de Cyprès chauves (ceux qui ont les racines qui remontent). Il n’y a plus de couleurs de l’automne, c’est à nouveau l’été et l’air est lourd, chargé d’humidité. Et surtout, la faune a changé : araignées exotiques (toujours à hauteur de tête), grosses araignées (5cm sans les pattes), deux serpents (dont l’un est passé entre les jambes des filles), une tortue, des grenouilles vertes, des panneaux annonçant les alligators (bûche avec des narines) le tout lors d’un tout petit trail de 20 minutes. Un monde où l’homme cherche sa place. Effrayant.

IMG_4931

IMG_4937b IMG_4939 IMG_4941 IMG_4944 IMG_4948 IMG_4949

10- Pique-nique sur le Reservoir Overlook, en bordure d’un beau lac.

IMG_4954 IMG_4950

Et c’est déjà la sortie à Jackson. Il nous restait 100 miles à faire sur la route, mais 300 miles en trois jours, c’est un train de sénateur, et même si nous prenons notre temps, nous n’en avons plus tellement pour les States. Nous tournons au plus court, plein sud vers New Orleans, Louisiana, où nous dormons ce soir.

Une belle parenthèse, donc, que ce « petit » bout de route sur lequel nous avons dû croiser 50 voitures à tout casser. Nous nous sentions comme sur une île coupée du monde. Quel contraste quand nous en sommes sortis : devoir se réinsérer dans la circulation, entre les camions,  toujours regarder dans ses rétros, chercher où dormir. Bref, la vie réelle.

A bientôt à NOLA.

F .