Archives pour la catégorie non classé

Patience!

Un grand bonjour à tous nos lecteurs!

Nous revoilà sur le sol français depuis quelques jours, et très heureux de retrouver amis, famille, voisins, paysages fabuleux de notre cher pays, temprératures clémentes et confort. Ceci étant, notre confort a manqué de liaison technique avec le monde. A notre arrivée à Gurs, pas de téléphone ni d’internet. La ligne avait été débranchée au poste télecom du village. Le technicien vient de résoudre le problème ce vendredi. On va donc pouvoir mettre à jour le blog sous peu (à notre retour de Toulouse, bien sûr!).

A très bientôt pour la suite!

 

 

Finie la pause!

C’est justement en mettant à profit un jour « off » à Cuzco que nous avons enfin pu publier tous ces articles en attente. Il faut dire que le Pérou est tellement grand et riche qu’il ne laisse que peu de temps pour « l’internet ». Je voulais aussi envoyer un mail à chacun pour la nouvelle année, mais janvier est déjà bientôt terminé et…

Le meilleur pour tous: la famille landaise, gersoise, parisienne, américaine, paloise et basque, les Paupotes, où qu’ils soient, en France et ailleurs, les mourenxois, artixois, ossunois, les zépiens et anciens zépiens, les grimpeurs lescariens et oloronnais, les Scouts du pays d’Orthe, les judokas navarrais,  et tous ceux que j’oublie ici.

Soyez assurés que vous nous accompagnez partout et tout le temps. La beauté des pays que nous traversons, la découverte de nouvelles villes, cultures,  la gentillesse des gens (parfois), suffisent à peine à combler le vide dû à l’éloignement. Heureusement le temps file et la mi temps du voyage est déjà passée. Plus qu’un gros mois en Amérique.

Ça peut paraître bizarre de tenir ce genre de discours, mais je crois que c’est normal. Il y a toujours des petits coups de mou dans une année, même en voyage.

Dans le contexte de la tuerie et de ce qu’il s’est passé ensuite (se passe encore?) en France, je trouve parfois que ce que nous vivons (les Pouyau) et la manière dont nous en rendons compte, peuvent être déplacés. Mais comme nous sommes tellement loin, ici ce n’est guère perçu que comme une nouvelle de 1’30 au journal. Les gens ici se soucient de mieux vivre pour eux-même, aussi n’y a-t-il pas eu l’émoi qu’il a pu y avoir en France. Les seules fois où nous en parlons c’est avec les français que l’on croise.

C’est triste à constater, mais, ce n’est pas un problème universel. Chacun sa m… pour le dire grossièrement. C’est comme pour l’environnement, le droit des femmes et des enfants, nous voyons très souvent durant ce voyage de quoi s’insurger, pour autant personne n’en parle ailleurs. L’homme a inventé les frontières, des langues différentes, différentes religions, l’argent et le foot: ce n’est pas pour devenir citoyen du monde. Il a de plus toujours été va-t-en-guerre, injuste et il y a toujours eu des cons manipulables. Je ne vois pas d’avenir pour le monde des hommes tel qu’il est maintenant. Il faudrait une prise de conscience violente et collective mais hormis quelque chose de sanglant, je ne vois pas, je n’y crois pas.

Bon j’arrête là, demain nous montons en famille admirer les vestiges du passé glorieux des incas, dans un cadre magnifique. Que demander de plus. Peut être une année 2015 pour que ça change, au moins que ça évolue un peu dans le bon sens. On ne sait jamais.

Et une déclaration et un coucher de soleil!

14-01-15 Huachaco (4) 16-01-15 Rte Trujillo Chancay désert (4)

F.

Ps: Si vous voulez tout lire dans l’ordre:

1-Passages de frontières

2-Quito

3-Baños

4-Cojitambo

5-Cuenca

6-Cet article pénible où j’en dis surement trop… Tant pis.

Ps2 : Je me sens obligé de le préciser pour m’excuser par avance. J’ai écrit tard dans la nuit donc sans relecture. D’où la forte probabilité d’erreurs ortho-syntaxiques. Mais on apprend tous les jours et durant toute sa vie, il y a donc de l’espoir.

Cumpleanos Feliz Ewa y Karine

Que bien! Que chevre! Son los cumpleanos de las chicas. Que le pasen muy bien! Muchos pensamientos de la familia desde Colombia.

02-12-14 Catagena  (41)

Bon c’était il y a deux jours mais on ne va pas chipoter.

La bise au passage à tous les nombreux membres de vos familles.