Denpasar – Bangkok via Singapour

PDF24    Envoyer l\\\'article en PDF   

Une page se tourne et notre route nous ramène de plein fouet à la civilisation « moderne » au sens technique. Depuis notre avion nocturne qui nous mène à Singapour nous voyons déjà les premiers contrastes: d’une île à l’éclairage parsemé et faiblichon le long des petites routes de Bali, souvent pris en charge par les habitants qui laissent l’ampoule de la façade allumée toute la nuit, nous passons à une autre île où les zones d’ombres sont rares, même en mer où les pêcheurs braquent leurs projecteurs sur les flots, où les raffineries de la côtes brillent de mille feux à l’instar de nos usines classées Seveso. Singapour nous tend les bras de ses artères larges et chics.

Arrivés à la petite auberge de jeunesse, nous nous écroulons. Il est deux heures du matin. Le lendemain, notre prochain avion nous attend en fin d’après-midi pour Bangkok. Nous avons inscrit cette escale, à première vue inutile, dans notre parcours (nous n’aurons pas vraiment le temps de visiter ce dragon) à cause d’une fastidieuse histoire de visa. L’Indonésie sanctionne cher chaque jour dépassant le visa de trente jours. Le nôtre, renouvelé une fois (soit un total de 60 jours -35 dollars x 2 x quatre personnes), se terminait là et chaque journée supplémentaire aurait coûté 20 dollars par personne. De l’autre côté, en Thaïlande, notre visa se limitait lui aussi à 30 jours. Grâce à cette journée entre les deux pays, nous arrivons à passer dans les clous.

Il était donc temps de larguer les amarres, ne sachant pas bien à quelle sauce on serait mangé à Singapour. Et là, nous avons été assez agréablement surpris. Le logement et le taxi ne sont pas très bon marché comparé à nos standards précédents, c’est sûr, mais on mange très très bien pour six euros par personnes dans des restaurants où les commandes se font sur l’I-Pad fixé à chaque table! Quel contraste pour nous! un autre monde! Cela dit, nous aurions pu manger pour moins que ça à quelques pas de là, avec moins de chichis!

11-06-15 Singapour 11-06-15 Singapour (3) 11-06-15 Singapour (4)

La traversée de quelques quartiers via le métro ultra clean nous dévoile des immeubles modernes, des routes et des véhicules à l’occidentale. Arthur est dans un état second à cause de sa fièvre, mais il suit et nous aide aussi à porter quelques petits bagages. A l’aéroport, de drôles d’indications aux toilettes indiquent aux voyageurs de Malaisie, d’Indonésie et d’ailleurs comment les utiliser.

10-06-15 Aeroport Denpasar (6)

11-06-15 Singapour (8)

Nous arrivons à Bangkok qui nous ramène à une réalité plus asiatique que la parenthèse singapourienne. Bouffée de chaleur en plein visage, tentative d’arnaque dès le débarquement, train et métro jusqu’à un hôtel réservé à l’avance mais où on ne restera pas longtemps, préférant le Ton Aor Place, bien plus accueillant pour moins cher. C’est à partir de là que débutera notre découverte de la capitale thaïlandaise.

Nous ne regrettons pas ce passage express par Singapour: curiosité assouvie. Un vieux quartier qui nous échappe hélas, mais une vue d’ensemble qui nous rappelle un peu -trop, à mon goût- les villes américaines. Je suis donc contente d’avoir vu ce qu’il en était sans y avoir consacré trop de temps.

Retour, maintenant, à l’exotisme.

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *