Sweet & insured life in Irvine

Je dois dire qu’on n’arrive pas trop à être efficaces. On n’est pas chez nous, mais on s’y sent comme des pachas. Du coup, le planning n’est jamais établis à l’avance, et même on peine à décider de ce qu’il faut faire au moment où on s’extirpe de la table ou de la piscine. En tout premier lieu, il faut s’occuper de l’assurance du camper, cela permettra d’être moins limité par le problème du véhicule (Yannick est sensé travailler un peu au labo et Alice a tous les jours des cours d’équithérapie à donner -ou au moins des chevaux à promener) et de moins peser sur les contraintes de nos hôtes en étant plus autonomes.
Mais trouver une assurance qui veuille bien couvrir des étrangers sans permis californien et, qui plus est, voulant crapahuter en dehors de l’Etat, s’avère être une sacrée gageure. On se fait tout d’abord gentiment refouler de AAA qui nous fait comprendre au passage que seuls quelques agents pourraient nous rendre ce service.
On profite d’une sortie « en ville » pour trouver un abonnement pour le téléphone.On signe chez AT&T (40$/mois). Quant à l’assurance, on gère plutôt depuis la maison. Alice passe pour nous toute une ribambelle de coups de fil avant de tomber sur Luis, à l’agence Laguna Pacific Insurance (23537 Moulton pkwy / Laguna Hills / CA 92653) . C’est le meilleur et le seul plan que l’on a. Et il se trouve qu’il veut bien nous assurer pour 3 mois seulement à 267$. Ouf ! On doit dire qu’on a un peu transpiré sur ce coup-là !

Quand je dis en ville entre guillemets, c’est à propos. Ici, la ville est partout mais il n’y a pas de centre-ville. Chaque lotissement (et il n’y a que ça) est un petit village calme, avec ses infrastructures communes (piscine, tennis, … tout dépend du standing!), ses jardiniers et entretien (poubelles, nettoyage, arrosage des parties communes). Mais dès que vous sortez du lotissement , vous voilà sur les autoroutes highway à 4 voies (entendez par là 2 fois 4 voies), voire des mini roads (2 fois 2 voies). Le tout en parallèles et perpendiculaires. Au final s’orienter là-dedans est plus facile que chez nous quand toutes les rues ou routes sont biscornues, mais c’est un peu plus flippant ! Bon, maintenant qu’on a une assurance, on va pouvoir se lâcher. Je dois tout de même admettre que je n’ai pas encore osé prendre le volant. J’attends un endroit plus calme pour apprendre à conduire un tank à boîte automatique ! Et puis côté conduite, les californiens ne sont pas très courtois. Si on a le malheur de pas conduire aussi vite qu’eux, ils ne nous laissent pas passer. Donc pour changer de voie c’est très dur. Et nous, avec notre coquille sur le dos on ne va pas rouler tout le temps à 65 miles (110km) /h.
Les routes -en général- sont en plus mauvais état que nos grands axes (bosselées, parfois avec des trous). Ici, tout est fait pour la voiture (on peut même retirer de l’argent à un guichet ‘drive in’ sans sortir de son véhicule), mais comme il y a en permanence de grandes quantités qui circulent, c’est très difficile à rénover le revêtement sans créer un embouteillage monstrueux. Par contre, ici, on ne verra pas de panneaux publicitaires vantant la saucisse ou le kilo de carottes de Leader Price ou Carrefour. Ce qu’on trouve, en revanche, ce sont de grandes affiches pour tel cabinet dentaire, tel médecin, telle église… C’est un peu choquant. C’est vrai qu’en France, je trouvait bizarre qu’on interdise aux infirmières et aux médecins de faire leur publicité. Mais maintenant que je vois la santé manipulée comme une marchandise cela me dérange beaucoup.

Bon, tout ça pour en arriver au fait que d’un côté on n’a pas d’assurance durant un certain temps et que d’un autre côté Alice ayant des responsabilités auprès du centre équestre, nous nous voyons, pauvres de nous, obligés de l’accompagner et lui donner un coup de main pour brosser les chevaux et  -oh ! Pas de chance!!- les sortir pour les dérouiller. Il faut savoir que, bien que les Etats Unis soient un pays immense, les gens de la ville n’ont pas des hectares de terrain autour de leur maison, ce qui ne les empêche pas d’aimer les chevaux. Et c’est ainsi que nous découvrons un centre équestre dans un lotissement de New Port Beach (heureusement près de la baie et de ses sentiers de randonnée). Il faut donc faire sortir les bêtes tous les jours de leur box/arène. On aura donc le luxe de monter deux fois à cheval et emprunter les trottoirs aménagés en pistes « horsables » . On croisera aussi la propriétaire, Bernadette. Moments très agréables de détente. Alice nous conseille avec beaucoup de patience et les chevaux sont vraiment gentils.

15-07-14 Equithérapie (3) 15-07-14 Equithérapie (1) 15-07-14 Equithérapie (9) 15-07-14 Equithérapie (10) 15-07-14 Equithérapie (18) 15-07-14 Equithérapie (19) 15-07-14 Equithérapie (28) 15-07-14 Equithérapie (29) 15-07-14 Equithérapie (39) 15-07-14 Equithérapie (45) 15-07-14 Equithérapie (35) 15-07-14 Equithérapie (46)

Un des soirs, on a fait quelques courses et on a adopté l’american way of life en faisant un barbecue à Corona del Mar, sur la plage quoi ! Y a pire comme ambiance !!  Et oui, ici c’est le pays de la voiture reine et du barbecue roi !
En tout bon français qui se respecte, on avait bien sûr prévu les bières, histoire de fêter l’acquisition toute fraîche de l’assurance auto. Et c’est là qu’intervient le shérif faisant sa ronde. Il s’excuse platement mais nous précise que l’alcool est interdit dans les lieux publics (qui plus est devant  jeunes enfants!!!) et nous demande renverser la canette entamée et de ranger les autres sous peine d’amende. On s’exécute, bien entendu. Autre pays, autres mœurs ! Non mais franchement… il croyait sérieusement qu’Arthur et Camille allaient être choqués ? Il ne sait pas que chez nous les enfants sont baptisés au champagne dès le berceau ?
Ceci dit, le voilà qui fait demi-tour et nous offre son pin’s -le drapeau américain- en guise de compensation, désolé à l’idée que son pays offre une image négative à des européens fraîchement débarqués !!
Allez ! On lui pardonne ! L’anecdote est déjà en ligne !

15-07-14 Corona del Mar bbq (18) 15-07-14 Corona del Mar bbq (26) 15-07-14 Corona del Mar bbq (9)

Tentative d’escalade avortée à Pirate Cove : trop de public !

H.

15-07-14 Corona del Mar bbq (8)

3 réflexions au sujet de « Sweet & insured life in Irvine »

  1. nen

    Hello Guys !

    un petit coucou en vous encourageant à passer enfin la première (enfin façon de dire pour une boite auto) et vous dire qu’on attend la suite avec impatience maintenant que vous allez pouvoir vous éloigner un peu.

    pas de biere sur la plage…what ? et dire qu’ils ont élu un autrichien à la tête de leur gouvernement local et que ces mêmes autrichien sont à l’origine du Biergarten fameux lieu où l’on peut s’abreuver de tartine de houblon tout en mangeant des bretzels…mon dieu !

    sinon comment vont les enfants noyés sous une tonne d’informations nouvelles ? on pense bien fort à vous et bises aux 2 expat.

    Allez, good luck and see you soon !

    Nen

    Répondre
  2. Les LAULHE

    Un coucou de la famille qui suit avec intérêt votre aventure depuis le canapé de la salle à manger . Coucou spécial de Emma pour Camille (qui lui manque) . Vivement la suite !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *